Test de l’Olympus PEN E-PL3 – Première partie – Présentation de l’appareil

J’ai récemment profité de l’offre de remboursement de 100 € proposée par Olympus pour faire l’acquisition d’un Olympus E-PL3. Je vous propose donc un test de cet appareil hybride en plusieurs parties. Dans cette première partie je vous présente l’appareil, ses principales caractéristiques et fonctionnalités. Je reviendrai dans les articles suivants sur mes impressions à l’utilisation en vous proposant bien sûr de nombreux exemples photos et vidéos.

 

L’Olympus E-PL3 est un appareil photo hybride au format micro 4/3. Il a été dévoilé en juin 2011 en compagnie de deux autres appareils hybrides de la gamme PEN, les PEN E-PM1 et PEN E-P3. Dans la gamme PEN, il se positionne entre ces deux modèles et s’adresse aux utilisateurs « passionnés et créatifs » (dixit Olympus dans sa fiche produit). Il cherche en cela à réaliser une espèce de synthèse entre l’E-PM1, clairement dédiés aux utilisateurs plus débutants, et l’E-P3 davantage destinées aux experts.

J’ai acheté l’appareil dans sa version nue, possédant déjà un certain nombre d’objectifs micro 4/3, et je l’ai utilisé essentiellement comme vous pourrez le voir sur les photos suivantes avec l’objectif Olympus 45mm f/1.8.

Les principales caractéristiques de l’Olympus PEN E-PL3

Vous pouvez retrouver l’intégralité des caractéristiques de l’Olympus E-PL3 dans sa fiche dédiée au sein du comparateur d’appareils hybrides. Vous y trouverez également sa fiche produit ainsi que le manuel d’utilisation complet.

Pour simplement revenir sur les principales caractéristiques de l’E-PL3 :

  • Capteur High Speed Live MOS 12.3 Mpixels avec sensibilité jusqu’à 12800 ISO ;
  • Nouveau processeur TruePic VI ;
  • Technologie autofocus ultra rapide FAST AF avec AF Tracking en vidéo ;
  • Système de stabilisation d’image intégré (i.e. c’est le boîtier est stabilisé offrant de facto la stabilisation à tout objectif monté sur l’E-PL3) ;
  • Ecran LCD inclinable 3˝/7,6 cm 460000 pixels ;
  • Vidéo AVCHD en 1080i Full HD, 60 images par seconde ou 720p 60i/s, et en MJPEG 720P à 30i/s (à noter que l’enregistrement en AVCHD semble se faire à 30i/s, on est donc ici avec du « faux » 60i ou 60p) ;
  • De nombreux filtres artistiques paramétrables et effets créatifs.
A noter que l’Olympus E-PL3 n’intègre pas de flash dans le boîtier, mais un flash externe est fourni qui vient se loger sur la griffe porte-accessoire de l’appareil.
  

L’Olympus E-PL3 en photos

Passons maintenant à une revue en photos de l’Olympus PEN E-PL3.

La face avant

Sur l’avant, peu de chose à dire, on retrouve une façade assez épurée avec uniquement le bouton de déverrouillage de l’objectif sur la gauche de celui-ci.

Pas de grip sur cette face avant, l’Olympus E-PL3 est lisse avec un revêtement agréable au toucher mais qui ne facilite pas la prise en main. Je l’utilise avec une poignée pour une meilleure prise en main et pour éviter les risques de chutes par inadvertance.

La face arrière

On retrouve ici la quasi-totalité des réglages accessibles sur l’E-PL3.

En partant du coin en haut à gauche :

  • le bouton permettant d’accéder au mode lecture ;
  • le bouton de suppression des photos et vidéos ;
  • la griffe porte-accessoire, avec son cache, sur laquelle vient notamment se greffer le petit flash externe fourni avec l’appareil ;
  • un bouton Fn paramétrable en mode prise de vue, et qui permet de dé-zoomer l’image en mode lecture ;
  • le bouton loupe qui a contrario permet lui de zoomer sur l’image en mode lecture ;
  • le déclencheur vidéo dédié, qui peut lui aussi être paramétré pour servir de raccourci vers un autre réglage si vous ne souhaitez pas l’utiliser pour la vidéo.

Outre l’écran sur lequel je reviendrai un peu plus loin, on trouve à la droite de celui-ci :

  • le bouton « Info » qui permet de régler quelles informations s’affichent à l’écran (rien, paramètres de prise de vue, histogramme …) ;
  • le bouton « Menu » qui (oh magie !) permet d’accéder au menu complet de l’E-PL3, et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il est hyper complet ;
  • entre ces deux boutons une molette cliquable qui offre un accès à :
    • correction d’exposition en haut ;
    • réglages du flash à droite ;
    • rafales / retardateur en bas ;
    • zone de mise au point à gauche ;
    • au centre le bouton « OK » peut bien entendu servir à valider des choix dans les menus, mais surtout permet un accès au menu rapide qui affiche à l’écran en mode prise de vue des raccourcis vers les principaux réglages utiles  (ISO, balance des blancs, etc …).

Certains raccourcis de la molette (celui de droite et du bas) sont eux aussi personnalisables pour accéder à vos réglages préférés encore plus rapidement. Ainsi personnellement j’ai remplacé le raccourci vers les mode rafales / retardateur par un raccourci vers le réglage ISO et celui vers le mode flash par un raccourci vers la balance des blancs.

Pour revenir sur l’écran de l’Olympus E-PL3, c’est un écran de 3″ et de 460 000 points orientable. L’orientation est possible vers le haut ou vers le bas mais pas sur le côté car il est équipé de charnières un peu à l’instar des Sony NEX, mais pas d’une rotule sur le côté comme les Panasonic GH2 ou G3 par exemple. Cela limite un peu les angles de vue possibles (pas de possibilité de retourner l’écran à 180° par exemple), et ne permet pas non plus de protéger l’écran en le retournant face contre l’appareil quand il est inutilisé.

 

Si l’orientation est aisée, les charnières apparaissent assez fines et il faut espérer à l’usage qu’elles sauront se montrer résistantes. A juger sur une utilisation sur le long terme.

Sinon l’écran est plutôt agréable à utiliser, et si dans l’absolu on aurait pu apprécier une définition un peu plus élevée, à l’usage jusqu’ici il m’a donné satisfaction.

Sur le dessus

On retrouve sur la tranche supérieure :

  • la griffe porte-accessoire ;
  • le micro stéréo ;
  • la molette de sélection des modes incluant les modes PSAM, mode iAuto, les modes scènes et filtres créatif, et le mode vidéo ;
  • le bouton de mise sous tension.

Sur les tranches

 

Seule la tranche droite inclut un accès aux ports USB 2.0 et mini-HDMI.

Sur le dessous

On retrouve la trappe pour accéder à la batterie et au logement de la carte SD.

Pour finir, quelques photos de l’Olympus E-PL3 équipé de l’objectif pancake Panasonic 20mm f/1.7, avec lequel il forme un ensemble plus compact qu’avec le 45mm. Avantage de l’utilisation avec l’E-PL3 : vous profitez de la stabilisation même avec ce pancake !

  

Voilà pour cette présentation de l’appareil !

Dans le prochain article je reviendrai plus en détail sur l’ergonomie générale de l’appareil, que ce soit au niveau de sa prise en main ou de son confort d’utilisation, ainsi que sur ses performances.

Je pars en effet en vacances en emportant l’Olympus E-PL3 dans mon sac, et ce sera l’occasion idéale pour juger de ces points sur le terrain !

  • Pingback: Les tests high-tech de la semaine #16 « Blog LDLC()

  • ADidier

    Excusez-vous de polluer le fils mais je n’arrive pas à envoyer un message par la zone contact:
    Bonjour, Je reviens vers vous car vous avez peut être la réponse à mes questions. J’hésite actuellement entre 2 apn le GF2 et l’E-PL3. Sachant que vous les avez eu entre les mains les deux, pouvez-vous me dire les point forts et faibles.
    Sachant que le GF2 se trouve à 275€ et l’E-PL3 à 469€, pensez-vous que l’effort financier en vaut le coup.
    Comparé à un Nex-5 comment placeriez-vous ces apns ?
    Merci d’avance.

    • emeric

      Bonjour Didier,

      Je vous contacte par mail pour continuer la discussion !

  • dick.reckard

    Quid du mode macro ?

    • emeric

      J’avoue ne jamais avoir utilisé le mode scène Macro de l’E-PL3. Cela dit sans un objectif adapté je ne suis pas sur que les résultats soient au rendez-vous …

  • dick.reckard

    ok merci