Panasonic Lumix GM5 | Le test

Le Panasonic Lumix GM5 vient accompagner le Panasonic Lumix GM1 qui avait fait son effet lors de son annonce en octobre de l’année dernière. Il en reprend d’ailleurs les principaux ingrédients (compacité, design, fonctionnalités) tout en tentant d’améliorer la recette en y ajoutant notamment un viseur électronique intégré. Suffisant pour détrôner son aîné ?

J’avais présenté le Panasonic Lumix GM5 assez largement lors de son annonce officielle il y quelques semaines. Je vais donc reprendre la plupart des éléments de présentation de l’appareil dans ce test, avant d’aborder plus précisément mon expérience en compagnie du GM5.

Le Panasonic Lumix GM1 avait véritablement marqué les esprits lors de son annonce à l’automne dernier. Véritable concentré de technologie, capable de produire des images de grande qualité dans un boîtier hyper compact et un design travaillé, le tout accompagné d’un objectif 12-32mm ultra plat, il répondait aux besoins de nombreux amateurs de photographie.

Aujourd’hui, c’est au Panasonic Lumix GM5 de faire son entrée dans la gamme Lumix GM du constructeur. Il ne vient pas succéder au GM1 qui restera au catalogue, mais il vient compléter la gamme.

Pour rappel, lors de la présentation du Panasonic GM1, Panasonic positionnait cette gamme comme s’adressant en priorité à une cible de photographes enthousiastes qui recherchent un appareil à la finition haut de gamme, délivrant la meilleure qualité d’image possible et facile à emporter partout avec soi. Elle visait également les professionnels à la recherche d’un second boîtier performant mais qui exigent davantage qu’un compact même expert.

Avec le Panasonic Lumix GM5, le discours et le positionnement évoluent.

Le GM5 pour Panasonic s’adresse à un public de photographes débutants ou amateurs, sensibles au design, qui souhaite des images de qualité mais sans plonger dans pléthore de réglages pour les obtenir, et sans s’encombrer d’un appareil imposant. L’inspiration assumée par Panasonic est à chercher autant du côté du GM1que du Sony RX100III

Principales caractéristiques du Panasonic Lumix GM5

Et c’est sans doute justement du RX100 III que vient la principale nouveauté du Panasonic Lumix GM5 : l’intégration d’un viseur électronique au boîtier.

Ce viseur électronique est fixe et calé dans l’angle gauche du GM5. D’une définition de 1,16 millions de point, et d’un rapport de grossissement de  0.92x (0.46x en équivalent 24x36mm), on est assez loin des caractéristiques d’un viseur haut de gamme. Mais il permettra sans doute un meilleur confort de visée dans des conditions de forte luminosité qui peuvent rendre l’écran impossible à lire.

Hormis ce viseur, on retrouve dans le Panasonic Lumix GM5 des spécifications assez proches de celles du GM1, et notamment :

  • un capteur CMOS de 16 Mpx effectifs ;
  • un écran tactile de 3 pouces de 921 000 points non orientable ;
  • une sensibilité ISO de 200 à 25600 ISO ;
  • un obturateur mécanique permettant une vitesse d’obturation maximale de 1/500 et un obturateur électronique permettant lui de monter à 1/16000;
  • la désormais habituelle fonctionnalité de connexion WiFi, avec appairage par QR code ;
  • un mode stop motion et un mode snap vidéo intégré ;

A noter tout de même une modification importante par rapport au Panasonic Lumix GM1, qui risque de ne pas satisfaire tout le monde : la disparition du flash intégré. Le flash est désormais externe et devra se positionner sur la griffe prote accessoire du GM5. Bonne nouvelle tout de même ce flash externe sera fourni par défaut dans la boîte du GM5 ! Ce sacrifice était sans doute nécessaire pour faire de la place au viseur électronique sans remettre en cause les dimensions du GM5.

Côté design on conserve l’esprit du GM1 avec un aspect haut de gamme dans la finition, et une taille toujours aussi compact même si le GM5 prend très légèrement de l’embonpoint par rapport à son aîné, en hauteur et en profondeur notamment.

Panasonic Lumix GM1 Panasonic Lumix GM5
  • Largeur : 98,5 mm
  • Hauteur : 54,9 mm
  • Profondeur : 30,4 mm
  • Poids : 204 g (avec carte SD et batterie)
  • Largeur : 98,5 mm
  • Hauteur : 59,5 mm
  • Profondeur : 36,1 mm
  • Poids : 211 g (avec carte SD et batterie)

Sur le dessus de l’appareil on conserve les mêmes commandes (molette de sélection des modes, interrupteur encadrant le déclencheur et molette de sélection du mode de mise au point), mais une griffe porte accessoire fait son apparition (pour le flash externe notamment).

Au dos, à côté du viseur équipé d’un capteur d’œil, deux touches Fn font leur apparition (qui semblent gérer par défaut l’activation du viseur et le WiFi), ainsi qu’une nouvelle molette de réglage. En revanche la molette située à droite de l’écran disparaît remplacée par un trèfle de sélection (qui donne cependant toujours accès aux raccourcis vers ISO, WB, retardateur et zone de mise au point).

On conserve un déclencheur vidéo dédié, un peu plus bas puisque le bouton de lecture des images passe au-dessus de l’écran du GM5.

Vous pouvez retrouver les caractéristiques complètes du Panasonic Lumix GM5 dans sa fiche technique.

Si le Panasonic Lumix GM5 est très compact avec son objectif 12-32 mm dédié, il peut aussi être utilisé avec toute la large gamme d’objectifs micro 4/3 disponibles. Voici quelques photos avec des objectifs plus ou moins adaptés au petit GM5 !

Panasonic Lumix GM5 + Olympus 45mm f/1.8

Panasonic Lumix GM5 + Panasonic 12-35mm f/2.8

Panasonic Lumix GM5 + Panasonic 35-100mm f/2.8

Le Panasonic Lumix GM5 à l’usage

Tout d’abord en ce qui concerne la prise en main générale, celle-ci n’est pas forcément aisée, même avec des mains de taille « normale ». Il ne faudra donc pas être trop maladroit de peur de voir le GM5 échapper des mains. L’autre conséquence notable de cette compacité est évidemment le peu de boutons de raccourcis présents sur l’appareil et leur petite taille, qui peuvent compliquer les manipulations et obligeront des visites plus fréquentes dans les menus de l’appareil, ou a minima dans le menu rapide accessible par la touche Q menu. Je regrette également l’absence d’écran orientable, pour lequel j’aurais bien concédé quelques millimètres de compacité.

Cela dit une fois habitué à l’appareil, les avantages procurés par sa petite taille me semble l’emporter sur les inconvénients. On n’hésite pas à emporter le GM5 avec l’objectif 12-32 mm au fond d’une poche de manteau pour grappiller des images au long de la journée, là où on n’aurait pas peut être pas emporter un appareil plus imposant. Dans cette configuration, on apprécie la rapidité de mise en route et de mise au point pour saisir une scène sur le vif, et bien entendu la qualité d’image produite par le GM5.

Le Panasonic Lumix GM5 côté photo

Gestion du bruit du Panasonic Lumix GM5

ISO 200 – JPEGRAW ISO 400- JPEGRAW
ISO 800- JPEGRAW ISO 1600- JPEGRAW
ISO 3200- JPEGRAW ISO 6400- JPEGRAW
ISO 12800- JPEGRAW ISO 25600- JPEGRAW

Selon moi, la gestion du bruit du Panasonic Lumix GM5 est bonne jusqu’à 3200 ISO. Les 6400 ISO me semblent même exploitables en fonction des circonstances. La dégradation intervient réellement à partir de 12800 ISO et au-delà sont plus difficilement utilisables (tout dépendra alors de leur destination finale).

Exemples de photos avec le Panasonic Lumix GM5

Voici quelques exemples de photos prises avec le Panasonic Lumix GM5. Ce sont des JPEG issus de RAW traités sous Lightroom. La photo originale est accessible en JPEG et en en RAW via les liens sous les photos.

P1150477_min P1150570-2_min
JPEG RAW JPEG RAW
 P1150503_min P1150592_min
JPEG RAW JPEG RAW
 P1150596_min P1150601_min
JPEG RAW JPEG RAW

Le Panasonic Lumix GM5 côté vidéo

Du côté des modes vidéo on progresse un peu avec le GM5, sans atteindre les possibilités du haut de gamme de la marque, avec tout de même l’ajout notable d’un mode Full HD 50p en AVCHD. Pas de 4k au menu du Panasonic Lumix GM5 nonobstant les rumeurs à ce sujet ! Je ne sais pas si l’enregistrement 4K dans un boitier si compact pose des problèmes techniques, mais le Panasonic LX100, un peu plus gros certes mais pas tant que ça, l’intègre bien lui.

Voilà l’ensemble des modes vidéo disponibles sur le Panasonic Lumix GM5 :

1

Le Panasonic Lumix GM5 permet le contrôle manuel total des valeurs d’exposition en vidéo (ouverture, vitesse, sensibilité) ainsi que l’utilisation du focus peaking. On pourra également retrouver les autres options des derniers modèles Panasonic en vidéo : les filtres artistiques, le mode crop …

La qualité d’image en vidéo est d’un très bon niveau, l’ajout du viseur même s’il est très étriqué offre un option supplémentaire pour davantage de stabilité lors des prises de vue à main levée, mais on regrettera encore une fois ici l’absence d’écran orientable qui complexifie les choses en particulier en vidéo.

Prix et disponibilité du Panasonic Lumix GM5

Le Panasonic Lumix GM5 est disponible en deux coloris (noir ou rouge) au prix de 849€ en kit avec l’objectif 12-32mm.

A noter qu’en ce moment et jusqu’au 15 janvier 2015, Panasonic rembourse 100€ pour l’achat du GM5 (ou du GM1 également).

 

Mon avis sur le Panasonic Lumix GM5

Après mon test du Panasonic Lumix GM1, je m’avouais séduit par l’appareil dont les qualités surpassaient les quelques difficultés ergonomiques que sa compacité me faisait redouter.

Le Panasonic Lumix GM5 reprenant les mêmes ingrédients que le GM1, tout en essayant de l’améliorer, le premier contact s’avère relativement séduisant.

Cependant les pistes d’améliorations choisies par Panasonic pour ce GM5 laisseront certains dubitatifs, en particulier les utilisateurs les plus experts. En effet, si l’intégration d’un viseur sans remettre en cause la compacité semble a priori une excellente idée, une fois l’œil collé à cet EVF le constat est moins glorieux : viseur étriqué, avec une définition assez moyenne selon les critères actuels et un grossissement très faible, l’expérience est assez décevante au final.

Oui mais voilà, le GM5 ne s’adresse pas aux utilisateurs experts. Ces derniers ont des exigences, en particulier sur la qualité du viseur évoquée, qui ne seront sans doute pas comblées par le GM5. Panasonic fait ainsi le pari que cet EVF sera jugé suffisant par la cible d’utilisateurs débutants / amateurs à laquelle le GM5 s’adresse, et qui utiliseront le viseur en dépannage de l’écran quand les conditions de luminosité l’imposent.

C’est un choix, mais qui semble regrettable si on considère le prix de l’appareil et au vu de la concurrence qu’il devra affronter. Le GM5 aurait sans doute pu séduire un public beaucoup plus large avec un viseur de qualité !

La question qui se pose au final est de savoir si le Panasonic Lumix GM5 est une véritable avancée par rapport au GM1. Sans doute pas sur le plan de la qualité des images produites, si on tient compte du fait que les composants techniques et l’électronique sont identiques au GM1. Les images produites sont ainsi techniquement identiques à celles du GM1. Les modifications se résument donc à l’ajout d’un viseur de qualité moyenne et à la disparition du flash intégré.

En fait la véritable bonne nouvelle avec l’arrivée du Panasonic Lumix GM5, c’est que le GM1 qui reste au catalogue pourrait voir son prix repositionner à la baisse (peut être sous les 500€ si on considère le prix de vente actuel ?) et en faire une excellente affaire !

  • Pingback: Panasonic Lumix GF7 : l'hybride Panasonic en mode selfie | hybridcams.fr()

  • Heihel

    Durant des années, mon appareil photo fétiche a été un compact argentique Olympus Mju II. (compact tout temps, tout auto équipé d’une focale fixe 35mm et d’un viseur optique).C’était le chouchou de Chasseur d’images.
    Son équivalent numérique n’existe toujours pas à ce jour.
    De mon point de vue, le Panasonic GM5 est celui qui s’en rapproche le plus.
    Je l’ai associé à un zuiko pancake 17mm f2.8 car j’aime le cadrage d’une focale 35 mm et l’ensemble reste relativement compact et très léger.
    Je l’ai toujours sur moi, je l’utilise en street photo.

    Ce que j’apprécie:
    – son coté jouet : quand on prend des photos avec, il n’effraie pas.
    – l’absence d’écran orientable donc appareil moins fragile et ça finit par avoir du jeu à long terme.
    – l’écran tactile : pour choisir la zone de mise au point, pour accéder aux boutons personnalisables (modifier la sensibilité, la mesure de la lumière, le rendu …) sans passer par les menus du boitier.
    – Le viseur (je n’utilise jamais l’écran) pour cadrer. La définition me convient et il est plus large que de celui de l’Olympus Mju II.
    – la bonne réactivité globale. Ok, c’est pas un foudre de guerre comparé à un appareil pro mais pour info, le Mju II était moins rapide.
    – la qualité photographique bien meilleure que celle d’un compact numérique.

    Les trucs dont je me fout:
    – la vidéo. Je ne m’en sert jamais.
    – l’absence de stabilisation: je photographie l’oeil collé au viseur, les coudes serrés, blocage de la respiration quand je shoote et toutes mes photos sont nettes.

    Ce que je n’apprécie pas:
    – la faible autonomie.
    – l’impossibilité de recharger via une prise usb (pratique pour brancher l’appareil à la prise usb de la dynamo quand on voyage à vélo).

    Ce que j’aimerai avoir dans un futur hypothétique GM6/7:
    – conserver toutes les caractéristiques du GM5 actuel mais ajouter:
    – la recharge via le port USB.
    – le mode économie d’énergie du futur panasonic G80.

    Pour le reste, c’est un sans faute.

    • emeric

      Merci beaucoup pour ce retour d’expérience sur le GM5 !