Olympus OM-D E-M10

Olympus OM-D E-M10 | Le test

Après les OM-D E-M5 et E-M1, la famille OM-D s’enrichit d’un petit nouveau avec l’Olympus OM-D E-M10. Celui-ci vient s’inscrire en entrée de gamme pour tenter de convertir de nouveaux adeptes au monde hybride, ou plus précisément au monde hybride d’Olympus. Cet E-M10 est-il en mesure de tenir la dragée haute à ses grands frères ? Il semblerait bien qu’il en ait les moyens.

Comme à l’habitude je vous livre ici mes impressions d’utilisateur, et non un test technique détaillé. Certains aspects qui vous intéressent ne seront donc peut-être pas abordés, mais si vous avez des questions j’essaierai d’y répondre au mieux dans les commentaires de l’article.

L’Olympus OM-D E-M10, équipé du zoom pancake 14-42mm, m’a été prêté par Olympus France, que je remercie ici, sans que cela n’implique bien entendu une quelconque influence sur le contenu de ce test.

Les meilleurs prix pour l’Olympus OM-D E-M10

 

Présentation de l’Olympus OM-D E-M10

Les principales caractéristiques de l’Olympus OM-D E-M10

L’Olympus OM-D E-M10 est un appareil hybride non seulement par nature, mais aussi par le fait qu’il reprend des éléments aussi bien de l’E-M5 que de l’E-M1.

A commencer par son design et son ergonomie. Pas de doute la famille OM-D est bien reconnaissable dans cet OM-D E-M10 : style rétro, revêtement en similicuir, viseur électronique central, multiples molettes de réglages … Les éléments distinctifs des E-M5 et E-M1 sont quasiment tous repris sur l’E-M10.

Olympus a véritablement réussi à donner un style reconnaissable aux appareils de la gamme OM-D, même si chacun possède ses petites variantes de design.

La parenté entre les modèles se retrouve également au niveau des composants qui équipent l’OM-D E-M10. Ainsi, le capteur de 16 Mpx est hérité de l’EM-5 alors que le processeur TruePic VII est lui en provenance l’E-M1. Le viseur de 1,440 M de points est le même que celui de l’EM-5 et l’écran orientable tactile 3″ de 1,037 M de points est identique à celui de l’E-M1.

Un ajout notable et attendu que ne possèdent pas ses prédécesseurs : l’OM-D E-M10 intègre un flash pop-up directement dans le boîtier.

En revanche l’E-M10 perd certaines des caractéristiques qui font la force des E-M5 et E-M1 : la stabilisation n’est ici implémentée que de façon classique sur 3 axes, et ne bénéficie donc pas de la fameuse stabilisation 5 axes des précédents modèles, et la construction de l’E-M10 n’est pas tropicalisée.

Au rang des autres caractéristiques, l’Olympus OM-D E-M10 possède un système AF sur 81 points permettant la prise de vue en rafale à une vitesse max de 8 i/s en mode AF simple (jusqu’à 20 images en RAW au mieux et selon la capacité de la carte en mode JPEG) et 3,5 i/s en mode AF continu. Différents modes sont disponibles pour le mise au point, de l’AF simple au tracking continu. La sensibilité ISO est disponible jusqu’à 25 600 ISO, et la vitesse d’obturation s’étend de 1/4000 à 60s (un mode pose est disponible pour une durée d’exposition max de 30mn).

Enfin, terminons cette rapide présentation en mentionnant la connectivité Wifi de l’E-M10, via l’application dédiée sur smartphone et tablette (avec un mode de connexion simplifié par simple scan d’un QR code), la présence renouvelée des multiples filtres artistiques Olympus, et la possibilité d’enregistrement vidéo en Full HD 1080p30 (au format MOV (MPEG4/H264) et un débit de 24Mbps).

Pour obtenir toutes les spécifications détaillées de l’Olympus OM-D E-M10 rendez-vous sur cette page.

L’Olympus OM-D E-M10 en photos

La face avant de l’appareil est assez épurée avec sur la droite une poignée marquée juste suffisamment pour offrir une préhension agréable, et sur la gauche le bouton de déblocage de l’objectif.

Au dos de l’Olympus OM-D E-M10 on retrouve l’écran orientable et tactile (qui permet la mise au point et le déclenchement tactilement), l’EVF équipé d’un détecteur d’œil, ainsi que les touches d’accès au menu, d’affichage des informations, de mise sous tension et de suppression des images. A noter le repose pouce un peu proéminent qui favorise la bonne tenue en main de l’appareil.

Sur le dessus on retrouve la molette de sélection des modes, une griffe porte-accessoire, deux molettes de réglages paramétrables, une touche de fonction Fn1 également paramétrable, la touche de lecture des images, le déclencheur vidéo et une touche Fn2 qui fait office de touche multifonction pour accéder au paramétrage de plusieurs éléments (courbe hautes lumières / ombres, sélecteur de couleur, ISO / BDB, etc…).

Au dessous de l’appareil on retrouve classiquement la trappe pour la batterie et la carte SD. L’autonomie de l’Olympus OM-D E-M10 est annoncée pour environ 320 images.

Sur la tranche de l’appareil on trouve les connectiques HDMI et USB 2.0.

Pour finir cette présentation en photo, voici l’Olympus OM-D E-M10 avec les objectifs Olympus 45mm f/1.8 et 75mm f/1.8.

Ergonomie d’utilisation de l’Olympus OM-D E-M10

Dès le premier contact avec l’Olympus OM-D E-M10, on sent qu’on est en présence d’un appareil bien conçu et d’une finition d’un excellent niveau et on ne ressent pas du tout le positionnement entrée de gamme censé être celui de l’E-M10.

L’appareil se cale parfaitement dans la main avec une poignée suffisamment grande sans être proéminente et un repose pouce à l’arrière qui permet d’assurer confortablement sa prise. Le rapport taille/poids est agréable aussi, l’E-M10 est assez grand pour que son utilisation soit facile, tout en étant aisément transportable toute une journée sans que son poids ne se fasse sentir.

Ce sentiment est en grand partie du au zoom pancake 14-42 mm qui est véritablement hyper compact et léger, et qui se marie parfaitement avec l’Olympus OM-D E-M10.

Les principaux réglages sont facilement accessibles, notamment grâce au boutons Fn paramétrables selon ses besoins, mais aussi grâce au menu rapide affiché d’une simple pression sur le bouton OK à l’arrière de l’appareil.

L’écran orientable tactile est largement assez défini pour offrir une visualisation claire de l’image à la prise de vue ou à la lecture pour en contrôler la netteté.

L’EVF n’est peut être pas des plus impressionnants sur le papier par rapport à la concurrence, mais à l’usage il se révèle super agréable, offrant une image claire bien définie et un champ de vision large. Sa taille « physique », comme on peut le voir sur les images ci-dessus, est aussi un point fort car il vient parfaitement épouser l’œil sans effort et vous isole bien du monde extérieur lors de la prise de vue.

Niveau réactivité, rien à redire, l’Olympus OM-D E-M10 démarre vite et est rapidement en état de prendre le premier cliché. A noter une astuce intéressante avec le zoom pancake 14-42 mm électronique : la mise sous tension déclenche le déploiement de l’objectif, a contrario d’un zoom 12/32 mm sur un GM1 par exemple qui doit être déployé manuellement en plus de la mise sous tension de l’appareil.

Un mot également sur la connectivité Wifi et son utilisation avec l’application Olympus Image Share. L’appairage de l’appareil et du téléphone se fait très simplement via le scan d’un QR code (bien plus simple que de rentrer un mot de passe compliqué). L’application permet ensuite assez classiquement de contrôler l’appareil à distance, de transférer ses photos vers le smartphone pour un partage en lien, de les éditer et de les géotagguer. Le tout fonctionne bien malgré quelques pertes de connexions occasionnelles. Seule la portée de la connexion Wifi m’a semblée un peu courte, et très sujette aux obstacles (difficile de contrôler l’appareil depuis une pièce différente par exemple).

Le principal point noir à mon sens en termes d’ergonomie reste la complexité des menus Olympus. Difficile de s’y retrouver pour quelqu’un qui découvre l’appareil, et encore plus quand l’option qui donne accès à la totalité des réglages de l’appareil est activé ! Une véritable usine à gaz …. Certes Olympus offre l’avantage de pouvoir quasiment tout régler au millimètre, mais sous une forme difficilement exploitable. Ce n’est pas nouveau car la présentation du menu n’a quasiment pas évolué depuis les premiers PEN, mais il me semble que cet aspect mérite une vraie réflexion de la part d’Olympus.

Un autre point d’amélioration mais qui est plus du domaine du confort de manipulation : l’Olympus OM-D E-M10 ne dispose pas de gâchette de zoom autour du déclencheur, ce que je trouve tout de même assez pratique quand on l’utilise avec un zoom motorisé comme le pancake 14-42mm.

Cela dit au global, hormis cette complexité des menus, l’Olympus OM-D E-M10 est vraiment très agréable à utiliser au quotidien, d’autant plus que les images qu’il produit sont d’un très bon niveau.

L’Olympus OM-D E-M10 côté photo

L’Olympus OM-D E-M10 est donc non seulement très agréable à utiliser, mais aussi et surtout il produit des images de qualité, avec une bonne gestion du bruit et un piqué tout à fait satisfaisant même avec l’objectif kit 14-42 mm pancake.

La gestion du bruit de l’Olympus OM-D E-M10

Voici un petit test de montée en ISO réalisé avec l’Olympus OM-D E-M10 de 200 ISO à 25600ISO. Vous pouvez accéder aux JPEG en taille réelle en cliquant sur la vignette et télécharger les fichiers RAW sous chaque image.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA
200 ISO | RAW 400 ISO | RAW
OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA
800 ISO | RAW 1600 ISO | RAW
OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA
3200 ISO | RAW 6400 ISO | RAW
OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA
12800 ISO | RAW 25600 ISO | RAW

Pour ma part, l’Olympus OM-D E-M10 produit des images tout à fait exploitable jusqu’à 1600 ISO, et même à 3200 ISO le bruit est contenu et les détails présents. La limite me semble se situer à 6400 ISO où l’image restera utilisable moyennant un peu de traitement sous Lightroom ou autre logiciel de traitement. Au-delà ça devient plus compliqué à mon goût.

Exemples de photos réalisées avec l’Olympus OM-D E-M10

Je vous propose ci-dessous quelques exemples de photos réalisées avec l’Olympus OM-D E-M10. Ce sont des photos prises en mode RAW puis traitées sous Ligthroom et exportées en mode JPEG. Vous pouvez cliquer sur les miniatures pour voir les images en taille réelle.

Pour ceux qui veulent voir les originaux, ou les télécharger pour s’amuser avec, vous pouvez également y accéder avec les liens sous l’image.

Olympus OM-D E-M10 Olympus OM-D E-M10
 JPEG | RAW  JPEG | RAW
Olympus OM-D E-M10 Olympus OM-D E-M10
 JPEG | RAW  JPEG | RAW
Olympus OM-D E-M10 Olympus OM-D E-M10
 JPEG | RAW  JPEG | RAW
Olympus OM-D E-M10 Olympus OM-D E-M10
 JPEG | RAW  JPEG | RAW
Olympus OM-D E-M10 Olympus OM-D E-M10
 JPEG | RAW  JPEG | RAW

Je n’en ai pas fait de test en particulier, mais sachez que l’E-M10 possède comme ses prédécesseurs toute la panoplie d’effet et de filtres artistiques Olympus (traitement croisé, diorama, ton dramatique, sépia, aspect granuleux, etc…).

L’Olympus OM-D E-M10 côté vidéo

J’avoue ne pas avoir particulièrement testé les fonctionnalités vidéo de l’E-M10 pendant les quelques jours passés en sa compagnie. J’ai réalisé quelques prises de vue vidéo pour examiner le rendu de l’image mais sans plus.

Pourquoi ? Et bien tout simplement car il n’y a rien de nouveau à se mettre sous la dent de ce côté, les fonctionnalités vidéo n’ayant évolué que très marginalement sur les appareils Olympus ces dernières années.

On retrouve donc les modes vidéo suivant :

Modes vidéo Olympus OM-D E-M10

L’Olympus OM-D E-M10 offre un certain nombre de possibilités pour paramétrer ses réglages vidéo :

  • le réglage manuel des paramètres d’exposition (ouverture, vitesse d’obturation, ISO) ;
  • des effets vidéos : prise de vue multiple, une photo, fondu artistique, téléconvertisseur ;
  • filtres artistiques: traitement croisé, diorama, ton dramatique, sépia, aspect granuleux, feutre, tonalité légère, couleur pastel et lumineuse, sténopé, Pop Art, flou artistique.

Olympus apparaît un peu à la traîne pour ce qui concerne la vidéo par rapport aux autres acteurs du monde hybride (Panasonic évidemment ou encore Sony) ou plus largement par rapport à ceux du reflex, ou même des compacts experts (gamme RX100 de Sony).

La qualité d’image en vidéo n’est pas mauvaise, mais elle ne sort pas du lot, et en termes de fonctionnalités Olympus semble un peu à la traîne face au dynamisme de certaines marques sur ce secteur.

D’autant plus que l’Olympus OM-D E-M10 ne peut se prévaloir de la très bonne stabilisation 5 axes de l’E-M5 ou de l’E-M1 qui leur conférait un avantage important pour les adeptes des tournages à main levée.

Prix et disponibilité de l’Olympus OM-D E-M10

L’Olympus OM-D E-M10 est disponible en version noire ou argent au prix officiel de 599€ nu ou en kit avec le zoom pancake 14-42mm à 699€.

Les meilleurs prix pour l’Olympus OM-D E-M10

 

Mon avis sur l’Olympus OM-D E-M10

J’ai été emballé par l’Olympus OM-D E-M10 ! Il offre un excellent compromis entre taille/poids, les fonctionnalités et la qualité d’image, le tout avec un positionnement prix intéressant.

Ses points forts sont en premier lieu la qualité d’image en photo, même avec l’objectif 14-42 mm pancake  vendu en kit, son ergonomie très agréable avec un rapport taille / poids permettant une utilisation aisée tout en étant facile à transporter avec soi sur de longues périodes et la qualité du viseur électronique.

Restent à améliore l’ergonomie générale des menus de l’appareil et les fonctionnalités en vidéo, qui semblent assez pâles par rapport à la concurrence.

Pour répondre à la question posée en introduction sur la comparaison avec ses grands frères, il me semble que l’E-M10 n’a pas à rougir car il en offre beaucoup pour un prix plus contenu. Bien entendu, il implique de faire certaines concessions par rapport aux autres modèles de la gamme, comme la stabilisation 5 axes, la tropicalisation, ou d’autres fonctions réservées au modèle pro qu’est l’E-M1, mais rien à mon sens de rédhibitoire pour la clientèle visée et les usages auquel il se destine.

Si la vidéo n’est pas votre priorité, je ne peux que vous conseiller cet Olympus OM-D E-M10 ! Il conviendra parfaitement à une utilisation en tant que boîtier principal ou en tant que second boîtier léger et performant, et aussi bien à un utilisateur débutant qu’aux photographes plus experts.

  • Bonsoir Emeric,
    Je suis heureux que tu aies fait ce test. Le E-M10 est très tentant. D’autant plus qu’il bénéficie d’une réduction de 10 % le vendredi 16 Mai 2014 chez L’Instantané à Paris…
    Cheers.

    • emeric

      Oui c’est un très bel appareil qui fait des concessions par rapport aux autres modèles de la gamme mais pas sur l’essentiel : plaisir d’utilisation et qualité des images !

      • J’ai failli l’acheter la semaine passée chez L’Instantané où il était à 540 € en version boitier NU. Cependant, sur place, je me suis dit que cela n’était pas raisonnable et que mon DMC-GM1 était plus que suffisant pour l’usage photo que j’en ai…

        • emeric

          Je crois que tu as bien fait ! ;-)

  • Pingback: Olympus PEN E-PL7, un appareil hybride à la mode - hybridcams.fr()

  • Bonjour Emeric,

    J’arrive un peu après la bataille mais j’ai une question à vous poser :

    Pratiquant en débutant la photo depuis 4 ans avec un compact
    Lumix TZ10 et un bridge Lumix FZ38, je suis intéressé par l’Olympus OM-D EM10
    pour les raisons suivantes :

    – Une meilleure qualité d’image, et notamment une meilleure flexibilité sur la profondeur de champ (surtout par rapport au capteur 1/2.3 ‘’ de mes APN)

    – Une compacité en accord avec ma pratique de la photo. Je me trimballe avec un APN en permanence .Un reflex c’est un peu gros, donc il restera à la maison. Et les possibilités des compacts me brident un peu.

    – La possibilité de changer d’objectifs. Au départ je me contenterais du zoom Pancake 14-42, histoire de me familiariser avec le boîtier et de garder la compacité de l’appareil. Ensuite je pense investir dans des focales fixes plus lumineuses pour des prises de vues dédiées.

    – Le flash intégré par rapport à ses grands frères OM-D qui en sont dépourvus.

    Mon cahier des charges est un peu succinct, mais à ce stade avez-vous des conseils ou des contre-indications concernant ce projet.

    Merci

    • emeric

      Bonjour Christian,

      Je crois qu’au vu de votre cahier des charges l’OM-D EM-10 sera un très bon choix !

      Si jamais vous vouliez comparer avec un autre appareil pouvant également s’accorder avec vos besoins et dans une gamme de prix identique, vous pourriez jeter un oeil au Sony A6000 + zoom compact 16-50mm.

      N’hésitez pas si vous avez d’autres questions !

      • Merci Emeric pour la réponse.

        Le Sony A6000 me plait également, entre autre pour le capteur APS-C vs 4/3.

        Par contre en prise en main, j’étais plus à l’aise avec l’Olympus. Certes c’était une prise en main en magasin qui ne reflète pas forcément l’usage sur le terrain.
        Paradoxalement la légèreté du Sony semblait m’handicaper dans la stabilisation du boîtier. Mais évidemment ça c’est mon ressenti.

        Je vais continuer à étudier ces deux options. A vrai dire ces deux APN sont les rescapés de ma « short list ».

        • emeric

          La prise en main est une étape essentielle en effet ! Au-delà de la fiche technique le confort d’utilisation est un élément à ne pas négliger.

          Ces deux modèles sont en tout cas excellents et répondront à votre cahier des charges donc pas de mauvais choix à craindre. Il vous faut juste trouver celui qui vous semble le plus « naturel » en main !

  • Bonjour Emeric,

    J’ai une nouvelle question : j’ai vu qu’il existait des bagues d’adaptation pour objectifs micro 4/3, vers Canon FD par exemple, pour un prix de 32 €. Et qu’on peut trouver des objectifs d’occasion pour moins de 100 €.
    Par exemple des 28 mm f2.8 ou des 50 mm f2.8 qui en 4/3 deviennent l’équivalent de 56 mm ou de 100 mm.
    J’ai bien pris conscience que du coup un certain nombre de réglages deviennent manuels.
    Avez-vous déjà essayé ce genre de configuration ? Est-ce de la pure science-fiction de ma part ? Quels sont les restrictions ?
    En fait je me dit qu’au prix de certaines occasions le risque n’est pas énorme, mais est-ce que le résultat est intéressant ?

    Merci

    • emeric

      Bonjour Christian,

      En effet il est tout à fait possible d’utiliser des bagues d’adaptation pour monter des objectifs tiers non micro 4/3 sur des appareils Olympus ou Panasonic, que ce soit des Canon FD ou un certain nombre d’autres objectifs.

      J’ai pour ma part une bague pour Canon FD et deux objectifs Canon FD (50mm f1.4 et 35mm f2). Il faut en effet accepter de se passer des automatismes (focus manuel uniquement, réglages du diaph directement sur la bague, etc…), mais sinon la combinaison fonctionne bien ! Et d’autant plus sur un Olympus OM-D E-M10 qui permet de bénéficier de la stabilisation même sur ces objectifs, et du focus peaking pour la mise au point manuelle.

  • Soudain le Vide

    Bonjour, je suis très intéressé par cet appareil mais j’aurai une question à poser.
    J’aimerai savoir si pour cet apn il existe une objectif grand angle digne de ce nom?
    Pouvez vous me dire quel modèle privilégié.
    Cordialement

    • emeric

      Bonjour,
      Oui il existe plusieurs options en grand angle pour cet appareil.

      En objectif micro 4/3 natif, j’utilise personnellement l’Olympus 9-18 mm f4.0-5.6 d’un excellent rapport qualité prix. Un peu plus haut de gamme et un peu plus grand angle le Panasonic 7-14 mm f4.0 est un très bon choix pour un budget plus conséquent.

      Autre possibilité en focale fixe, un peu moins grand angle certes mais plus lumineux, l’Olympus 12 mm f2.0 est un superbe objectif.

      Après l’avantage du format micro 4/3 est de pouvoir utiliser quasiment tous les objectifs de marques tiers via des adaptateurs comme évoqué dans les commentaires ci-dessus, ce qui peut encore élargir le choix !

  • Bruno Queslin

    Bonsoir,
    Je suis très intéressé par cette série OM-D mais je n’arrive pas à me décider entre cet E-M10 et l’E-M5 surtout que pour noël la FNAC le propose à 1000€ au lieu de 1999€ avec 3 objectifs + le grip, mais d’un autre coté, je suis tenté par les améliorations apportées à l’E-M10. Quels seraient vos arguments pour m’aiguiller dans mon choix ?

    • emeric

      Bonjour,
      Les deux sont très proches, puisqu’ils partagent quasiment les mêmes composants à commencer par le capteur de 16Mpx.
      L’E-M5 possède tout de même l’avantage important du système de stabilisation 5 axes. L’E-M10 possède lui l’avantage d’être un peu plus compact et de proposer une connexion Wifi pour le transfert des images et le contrôle à distance, et un flash intégré.

      Si ces éléments particuliers à l’E-M10 ne sont pas essentiels pour vous, l’offre de la FNAC avec les 3 objectifs me semblent un très bon investissement !

  • Pingback: Olympus E-M10 Mark II - Stabilisation 5 axes et vidéos 4K en timelapse pour le nouvel hybride Olympus | hybridcams.fr()