OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Olympus OM-D E-M1 – Le test

Comme annoncé dans cet article, j’ai eu l’occasion de prendre en main pendant quelques heures l’Olympus OM-D E-M1 lors du voyage organisé par Olympus en Irlande mi-septembre. A défaut d’un véritable test complet, je vous propose un retour sur ces deux jours et un compte-rendu de cette première prise en main.

Olympus OM-D E-M1_15

Préambule habituel, je vous présente ici une prise en main de l’appareil basée sur mon expérience avec l’appareil pendant quelques heures. Il ne s’agit donc pas à proprement parler d’un test technique, ni malheureusement d’un test exhaustif de l’appareil. Je partage avec vous mon expérience d’utilisateur en vous présentant les aspects que j’ai testés et en vous livrant mon opinion. Si jamais un aspect qui vous intéresse n’est pas traité, n’hésitez pas à poser votre question en commentaire, et je tenterai d’y répondre si je le peux !

Autre préambule habituel, le voyage à la découverte de l’Olympus OM-D E-M1 a bien entendu été organisé par la marque, sans bien entendu que je ne sois lié à celle-ci d’aucune façon et ce test est réalisé en totale indépendance.

Présentation de l’Olympus OM-D E-M1

Je ne vais pas vous refaire ici la liste complète des fonctionnalités de l’E-M1, vous pouvez en effet les retrouver dans l’article de présentation de l’appareil ou sur la fiche produit détaillée.

Je vous propose en revanche une revue en photos de l’appareil.

Olympus OM-D E-M1_01

L’Olympus E-M1 est ici équipé du tout nouvel objectif Olympus 12-40mm f/2.8. Ce couple forme un ensemble entièrement tropicalisé, solide et qui inspire confiance.

Le grip caoutchouté est plus important que sur le petit frère l’OM-D E-M5, et assure une meilleure préhension de l’appareil.

Olympus OM-D E-M1_02

Le dessus de l’appareil concentre un grand nombre de réglages ou de raccourcis vers certaines fonctionnalités.

Olympus OM-D E-M1_04

Sur la gauche de l’appareil on trouve :

  • le bouton de mise sous tension ;
  • un raccourci pour paramétrer le mode rafale, le mode retardateur et le mode HDR ;
  • un raccourci pour paramétrer le mode AF.

Olympus OM-D E-M1_10

Sur le côté droit de l’appareil, on trouve :

  • la molette de sélection des modes (PASM, vidéo, modes scènes, modes artistiques, mode automatique et un mode « collage » pour réaliser un collage de plusieurs photos automatiquement), équipée en son centre d’un bouton de verrouillage pour éviter tout changement de mode intempestif ;
  • le déclencheur entouré d’une molette de réglage ;
  • une seconde molette de réglage ;
  • le déclencheur vidéo dédié ;
  • un bouton pour activer le « color creator », une nouveauté sur laquelle je reviendrai plus loin dans l’article.

Olympus OM-D E-M1_09

Passons maintenant au dos de l’E-M1. En plus de l’écran tactile orientable de 7,2 cm / 1,037 millions de points au format 3:2, on trouve sur la face arrière de l’appareil :

  • le viseur électronique de 2,36 millions de points, véritablement excellent, sans doute le meilleur viseur électronique que j’ai eu l’occasion d’essayer;
  • la touche AE/AF lock pour bloquer les réglages d’exposition et / ou de mise au point ;
  • autour de cette touche, un levier permet de basculer entre deux configurations de réglages : par exemple en position 1 les molettes permettront de régler ouverture et vitesse, et en position 2 ces mêmes molettes permettront de régler les ISO et la balance des blancs. Ceci permet de démultiplier les possibilités de réglages rapides sans rentrer dans les menus ;
  • le bouton INFO pour modifier les informations affichées sur l’écran / le viseur ;
  • une croix de navigation et un bouton OK de validation dans les menus, mais qui permet surtout d’afficher un « menu rapide » sur l’écran pour paramétrer les principaux réglages ;
  • un bouton menu, un bouton lecture et un bouton suppression des images ;

Olympus OM-D E-M1_05

Sur la tranche droite de l’Olympus OM-D E-M1 on retrouve une prise micro au format 3,5mm, un connecteur HDMI et un connecteur multiple (AV, USB).

Olympus OM-D E-M1_06

Sur la tranche gauche se situe le logement pour la carte mémoire au format SD, un choix d’emplacement judicieux qui rend plus aisé le changement de carte qu’un emplacement sous l’appareil, notamment quand l’appareil est utilisé sur trépied.

Olympus OM-D E-M1_08

Pour finir cette présentation, voici quelques photos de l’Olympus OM-D E-M1 équipé du grip vertical HDL-7 qui offre un logement pour une seconde batterie, ainsi que des commandes déportées (déclencheur et double molette de réglage) pour une utilisation en mode portrait.

Olympus OM-D E-M1_11 Olympus OM-D E-M1_12 Olympus OM-D E-M1_13

Ergonomie et prise en main de l’Olympus OM-D E-M1

Lors de la première découverte de l’Olympus E-M1, j’ai été surpris par sa compacité. En effet à la vue des photos de l’appareil, en raison de son positionnement haut de gamme et de sa cible professionnelle, je m’attendais à un appareil plus massif. Au final il n’en est rien puisque (sans le grip additionnel), l’E-M1 est assez compact, plus ou moins de la taille d’un Panasonic GH2 pour vous donner une idée.

Les ambitions de l’E-M1 se sentent immédiatement : matériaux utilisés, qualité de fabrication, … On a bien affaire ici à un produit haut de gamme.

La prise en main est bonne notamment grâce à un grip assez profond et au revêtement caoutchouc antidérapant. Cela dit personnellement je continue de préférer la prise en main d’un Panasonic GH3 qui me permet d’avoir l’ensemble des doigts autour de la poignée. Avec l’E-M1, le petit doigt flotte un peu dans le vide. Plus de problème avec le grip additionnel, au prix d’un encombrement plus important cela dit.

L’ergonomie générale, même si elle demandera un temps d’adaptation, m’a paru bonne et bien pensée. Le système de double molette avant-arrière est pratique, les deux molettes tombant naturellement sous le pouce et l’index. De plus elle sont paramétrables et vous pourrez donc définir précisément ce que vous souhaitez qu’elles gèrent selon vos besoins. J’y avais pour ma part affecté ouverture à l’arrière et vitesse à l’avant.

Grâce au système de « double commande », on peut démultiplier les possibilités de personnalisation. Le levier qui entoure la touche AF/AE lock permet de passer d’une configuration 1 à une configuration 2, chaque touche ou molette personnalisable pouvant se voir affecter une fonction différente dans chaque configuration. Avec les deux molettes ce sont déjà 4 paramètres que vous pouvez ajuster directement avec ce système.

La roue de sélection des modes de prise de vue est ferme et même sans utiliser le pratique système de blocage, elle n’a pas tourné de façon impromptue lors des diverses manipulations.

L’écran est tactile et articulé sur charnière (comme toujours je préfère une articulation latérale que je trouve plus pratique et qui permet de protéger l’écran). Il est tout à fait lisible et bien défini, permettant une utilisation confortable à la prise de vue, et une vérification a posteriori des mages.

Olympus OM-D E-M1_14

Mais ce qui m’a le plus séduit est sans conteste le viseur de l’E-M1. Il offre en effet une vision large, une image très bien définie et très naturelle, sans effet de rémanence ou d’arc-en-ciel. C’est sans doute le viseur qui m’a fait la meilleure impression de tous ceux que j’ai pu utiliser jusqu’à aujourd’hui !

L’Olympus OM-D E-M1 côté photo

Coupons court au suspens d’entrée : la qualité d’image est excellente, sans surprise.

Gestion du bruit

Pour juger de la gestion du bruit de l’Olympus OM-D E-M1, voici une série de photos de 200 à 25 600 ISO.

200 ISO - JPEG - RAW 400 ISO - JPEG - RAW
800 ISO - JPEG - RAW 1600 ISO - JPEG - RAW
3200 ISO - JPEG - RAW 6400 ISO - JPEG - RAW
12800 ISO - JPEG - RAW 25600 ISO - JPEG - RAW

 Les performances au niveau de la gestion du bruit de l’Olympus OM-D E-M1 sont excellentes.

Aucun problème pour moi jusqu’à 1600 ISO, les premières dégradations commençant à apparaître légèrement à 3200 ISO sans que ce soit gênant, et le vrai palier en termes de qualité n’est pas atteint avant 6400 ISO. Cette dernière valeur me semble même tout à fait exploitable avec un peu de traitement sous Lightroom ou autre. Au-delà, les choses se gâtent un peu et tout dépendra de l’utilisation que vous souhaitez faire de la photo pour décider de vous aventurer à 12800 ISO et au-delà.

Mise au point

L’Olympus E-M1 inaugure un nouveau système de mise au point baptisé Dual Fast AF, associant mise au point par corrélation de phase et détection de contraste. Ceci permet notamment l’utilisation d’objectifs micro 4/3 comme d’objectifs 4/3.

L’appareil détecte automatiquement quel type d’objectif est monté et bascule sur le système autofocus le plus adapté, un autofocus à corrélation de phase pour les objectifs 4/3, ou un autofocus à détection de contraste pour les objectifs m4/3.

A l’utilisation, avec des objectifs micro 4/3, l’Olympus E-M1 est très efficace et rapide sur la mise au point, comme l’illustre le point suivant sur les modes rafales.

Rafales

Il existe deux modes rafales sur l’Olympus OM-D E-M1 :

  • un mode Séquentiel H à 10 im/s, avec mise au point, exposition et balance des blancs fixées sur la première photo ;
  • un mode Séquentiel L à 6,5 im/s, où la mise au point et l’exposition sont fixées pour chaque photo en fonction des réglages fixés par l’utilisateur (donc en gros la mise au point sera effectuée pour chaque photo de la série si vous êtes en mode AF continu).

Un atelier « équestre » était proposé par Olympus pour tester l’efficacité du mode rafale sur des cheveux au galop. Et je dois dire que, même si je ne suis pas un gros utilisateur des modes rafales, j’ai été bluffé par la vitesse des prises de vue et surtout par les résultats obtenus.

Pour avoir un exemple des résultats obtenus en rafales, vous pouvez télécharger ce fichier zip de 10 images (80Mo) prises en mode rafale.

Mode HDR

L’Olympus OM-D E-M1 propose un mode HDR, ou plus précisément plusieurs modes HDR :

  • deux modes HDR automatiques dans lesquels l’appareil réalise 4 photos exposées différemment et les combine pour obtenir une photo HDR ;
  • plusieurs modes de bracketing permettant également la prise de vue de plusieurs photos de la même scène exposées différemment, mais sans réaliser l’assemblage qui devra être fait depuis un ordinateur avec les logiciels adéquats.

Voici un exemple de photo sans et avec traitement HDR intégré :

Sans HDR Avec HDR

Color creator

C’est une des nouveautés proposées par l’Olympus OM-D E-M1.

Il s’agit en fait d’un outil permettant de modifier la tonalité et la saturation de votre photo directement dans l’appareil. Cet outil prend la forme d’une roue chromatique qui s’affiche sur l’écran de l’E-M1. La molette avant permet de définir la tonalité et la molette arrière la saturation.

Vous pouvez alors décider de donner une teinte plus chaude ou plus froide à vos images, une coloration orangée ou bleutée, bref de laisser libre court à votre créativité.

Olympus OM-D E-M1 Color creator

Cette fonctionnalité sera particulièrement utile à ceux qui veulent obtenir une image JPEG immédiatement exploitable. Personnellement, je ne photographie quasiment qu’en RAW et effectue ce type de modification au développement sous Lightroom.

Photo Story

Voilà une fonctionnalité surprenante pour un appareil dédié aux professionnels. Le mode Photo Story permet de réaliser des « collages », du type que l’on rencontre dans un grand nombre d’application smartphone, directement dans l’appareil.

Plusieurs cadres sont disponibles, et les effets artistiques ou autres sont utilisables dans ce mode. Chaque photo est de plus sauvegardée indépendamment de son utilisation dans le collage.

Live time

L’Olympus OM-D E-M1 est équipé d’une fonction Live time qui permet de maintenir l’obturateur ouvert le temps que vous souhaitez. Cette fonction diffère du mode Bulb, également présent.

Dans ce dernier mode, l’obturateur reste ouvert tant que vous appuyez sur le déclencheur et se referme quand vous le lâchez. En mode Live time, vous appuyez sur le déclencheur une première fois pour lancer la prise de vue, puis vous appuyez une seconde fois pour y mettre fin. La photo apparaît au fur et à mesure sur l’écran de l’appareil, ou même sur l’écran de votre smartphone en utilisant la connectivité Wifi de l’E-M1 et l’application Olympus.

Les poses longues, voire très longues s’en trouvent grandement simplifiées et les adeptes du light-painting ou de la photographie nocturne apprécieront sans aucun doute cette fonction !

Autres fonctions

Faute de temps, je n’ai pas testé de façon complète l’ensemble des fonctionnalités présentes sur l’Olympus OM-D E-M1 comme par exemple la connectivité Wifi, la fonction intervallomètre intégrée, ou encore l’ensemble des filtres artistiques présents sur l’appareil.

Exemples photos

Pour terminer sur la partie photo, voici quelques exemples de photos réalisées avec l’Olympus OM-D E-M1 lors de ces deux jours en Irlande.

Les photos sont des JPEG issus de fichiers RAW traités sous Lightroom, et vous pouvez télécharger les fichiers JPEG et RAW d’origine sous chaque photo.

Olympus OM-D E-M1 Olympus OM-D E-M1
JPEG - RAW JPEG - RAW
Olympus OM-D E-M1 Olympus OM-D E-M1
JPEG - RAW JPEG - RAW
Olympus OM-D E-M1 Olympus OM-D E-M1
JPEG - RAW JPEG - RAW
Olympus OM-D E-M1 Olympus OM-D E-M1
JPEG - RAW JPEG - RAW
Olympus OM-D E-M1 Olympus OM-D E-M1
JPEG - RAW JPEG - RAW
Olympus OM-D E-M1 Olympus OM-D E-M1
JPEG - RAW JPEG - RAW
Olympus OM-D E-M1
JPEG - RAW

 

L’Olympus OM-D E-M1 côté vidéo

Comme je le mentionnais dans mon article de présentation de l’E-M1, autant les fonctionnalités photos semblent en effet calibrées pour des utilisateurs experts et professionnels, autant du côté de la vidéo, l’E-M1 n’apporte pas grand-chose de neuf ni en termes de modes de prise de vue, ni en termes de fonctionnalités.

Fonctionnalités vidéo

On retrouve donc les mêmes modes que sur les autres hybrides Olympus récents :

  • Full HD 1920 x 1080 / 30p, 24Mbps (MOV - MPEG-4AVC/H.264)
  • Full HD 1920 x 1080 / 30p, 16Mbps (MOV - MPEG-4AVC/H.264)
  • HD 1280 x 720 / 30p, 12Mbps (MOV - MPEG-4AVC/H.264)
  • HD 1280 x 720 / 30p, 8Mbps (MOV(MOV - MPEG-4AVC/H.264)
  • HD 1280 x 720/ 30 Im/s (AVI Motion JPEG®)

Pas de 50p, pas de 24/25p, sans aller jusqu’à parler de mode ALL-I.

Il est possible de filmer en mode P,A,S, ou M, de fixer les ISO en mode vidéo et donc de paramétrer toutes les valeurs d’exposition manuellement. Vous pouvez utiliser les styles d’images comme en mode photo pour bâtir une image à votre goût. La stabilisation sur 5 axes de l’Olympus OM-D E-M1 est fonctionnelle en vidéo avec des résultats toujours aussi intéressant que ce qu’on avait pu découvrir avec l’E-M5

Cela dit deux autres points viennent ternir le tableau côté vidéo, en plus des modes limités évoqués ci-dessus : les réglages d’ouverture ou de vitesse ne sont pas modifiable pendant l’enregistrement, tout comme le focus peaking qui ne peut donc être utilisé que pour la mise au point pré-enregistrement. Un autre point dommageable est l’impossibilité de prendre des photos durant l’enregistrement vidéo sans couper l’enregistrement de la séquence.

Bref la vidéo n’est toujours pas la priorité d’Olympus. Toshiyuki Terada, responsable du développement des reflex numériques et des compacts à objectifs interchangeables,  le confirme d’ailleurs dans les interviews qu’il a donné sur l’Olympus OM-D E-M1, en particulier à Focus Numérique :

« Nous sommes avant tout un fabricant d’appareils photo et pas une société vidéo comme Panasonic par exemple. Nous sommes conscients que nous avons un point faible dans le domaine de la vidéo. Mais Panasonic propose des boîtiers très performants dans ce domaine. Nous préférons nous focaliser pour l’instant sur les aspects photo et avoir le meilleur appareil. Nous verrons après pour la vidéo. »

Exemples et qualité d’image

Voici un exemple de vidéo que j’ai réalisé lors d’une matinée passée au Castle Leslie qui accueillait l’événement.

La vidéo a été filmée en mode 1080p30 à 24Mbps, avec les objectifs Olympus 12-40mm f/2.8 et 75mm f/1.8. 90% de la vidéo est filmée à main levée grâce au stabilisateur 5 axes de l’E-M1 et à un peu de stabilisation sous After Effects en post.

La qualité d’image est loin d’approcher ce qu’un spécialiste de la vidéo comme le Panasonic GH3 est capable de faire. Mais elle me semble en-dessous même d’un Panasonic G6 ou GX7, ou des Sony NEX. Certes les sujets très « paysagers » de la vidéo ne sont pas de loin les plus simple à rendre. Mais le niveau de détail de l’image est assez faible à l’origine et même en passant une dose d’accentuation en post prod, l’image reste loin en termes de piqué.

Les choses sont un peu meilleures sur des plans rapprochés, où le niveau de détail semble plus important.

Concernant la sensibilité en vidéo, l’Olympus OM-D E-M1 offre une plage ISO de 200 à 3200 ISO avec une gestion du bruit plutôt agréable comme vous pouvez le constater dans la vidéo test ci-dessous :

Au final pour ce qui concerne le vidéo, l’Olympus OM-D E-M1 est loin d’égaler les performances constatées en photo.

Prix et disponibilité de l’Olympus OM-D E-M1

L’Olympus OM-D E-M1 sera disponible au mois d’octobre en différents kits:

  • le boîtier nu de l’OM-D E-M1 sera vendu au prix public conseillé de 1.499.99€ ;
  • le kit professionnel 12-40 f2.8 sera vendu au prix public conseillé de 2.299,99€ ;
  • le zoom M.ZUIKO DIGITAL 12-40 mm sera vendu au prix public conseillé de 999.99€.

Mon avis sur l’Olympus OM-D E-M1

L’Olympus OM-D E-M1 a pour ambition de séduire un public de professionnels de la photo. N’étant pas professionnel pour ma part, et ayant de ce fait nécessairement des attentes et des besoins différents, il m’est difficile de dire si cet E-M1 est en mesure de répondre aux exigences des professionnels !

Ce que je peux dire en revanche, c’est que l’Olympus OM-D E-M1 m’a fait forte impression. Qualité de finition superbe, prise en main agréable, bonne ergonomie (passé un temps d’adaptation si vous découvrez la marque Olympus), qualité d’image en photo de haut niveau, les arguments en faveur de l’E-M1 ne manquent pas.

En revanche, vous l’aurez compris, si j’ai été séduit par l’aspect photo, l’aspect vidéo lui m’a largement déçu. Pas tant au niveau des fonctionnalités, qui sont, exceptés certains manques, plutôt complètes, mais davantage au niveau des modes vidéos disponibles, trop limités, et surtout au niveau de la qualité de l’image vidéo bien en dessous de ce que peuvent proposer d’autres marques de l’univers hybride, et en particulier Panasonic pour rester dans le monde du micro 4/3.

En résumé, l’Olympus OM-D E-M1 est un superbe appareil pour les photographes exigeants, mais il peinera à convaincre les vidéastes les plus experts.

  • Pingback: The Complete, Continuously Updated Olympus OM-D E-M1 Review File | THEME

  • Pier-Yves

    Bonjour Emeric.
    C’est toujours un plaisir de te lire tout comme de visionner tes Courts.
    Même si désormais le E-M1 est en retrait pour moi du fait de ses faibles possibilités vidéo, j’ai une question pour toi. Penses-tu que l’objectif Olympus 12-40 f/2.8 est « supérieur » au Panasonic 12-35 f/2.8 ? J’ai une petite faiblesse pour l’Olympus du fait qu’il puisse aller jusqu’à 40 mm. Cela peut paraître peu mais je trouve qu’il manque un « Choullia » au Panasonic en mode Télé. Bien à toi.

    • emeric

      Salut Pier-Yves,
      Difficile de dire s’il est supérieur dans la mesure où je n’ai pas véritablement pu comparer les deux directement, mais en tout cas le 12-40mm Olympus m’a fait une excellente impression ! J’ai le sentiment qu’il est au minimum « aussi bon » que le 12-35mm de Pana.
      Du coup je pense que tu ne peux pas te tromper en choisissant le 12-40mm par rapport au 12-35mm, si les 5mm supplémentaires sont importants pour toi.

      • Hervé

        Bonjour,

        Il y a à mon sens un gros bémol à apporter à la qualité de tel ou tel objectif Olympus en l’adaptant à Panasonic du moins en vidéo c’est l’absence de stabilisation puisque ce sont les boitiers Olympus qui stabilisent. Du coup un sentiment de frustration. En vidéo le parc d’objectifs d’Olympus n’est pas vraiment utilisable du moins en reportage. A contrario tout propriétaire d’Olympus peut aller piocher dans le parc des optiques Pana d’autant qu’en photo ( puisque c’est le point fort des Olympus) la stabilisation est beaucoup plus accessoire.

        • emeric

          Bonjour Hervé,
          En effet c’est très juste pour ceux qui ont une utilisation reportage la stabilisation du 12-35 Panasonic peut se révéler un plus déterminant.

  • Pingback: Olympus E-M1 at Hybridcams.fr | Camera Reviews

  • Pingback: Olympus - Deux nouveaux zooms M.ZUIKO PRO annoncés pour 2015 | hybridcams.fr

  • Pingback: Olympus OM-D E-M10 - Le test | hybridcams.fr